Une famille

Témoignage d’une famille

     Je voudrais « témoigner » sur l’importance capitale de ne pas parler un mot de sa langue à l’enfant que l’on accueille en 2 ième partie d’échange. Nous avons commis l’erreur d’être trop gentils avec Adam lorsqu’il a rejoint Eric seulement 3 jours après le retour de celui-ci d’Angleterre en février dernier. Eric était tellement à l’aise en anglais avec Adam et ses parents, et tellement complice, que leur séjour s’est naturellement déroulé en anglais, Deborah n’étant pas sûre de son français. Puis nous sommes partis une semaine au ski. Il nous a été difficile de faire une franche coupure car nous avions peur d’être trop durs avec Adam qui a eu beaucoup de mal à laisser sa famille, et en raison du très bon accueil reçu par Eric en septembre qui avait eu le droit de garder un peu son français au début-début. (hum…hum…)

     Moralité : un mois plus tard, les garçons nous pirataient encore en anglais lorsqu’ils étaient seuls et Adam, perfectionniste de nature, ne se lançait pas en français de peur de faire des fautes ! Notre bonne intention s’était transformée en piège. Les choses ont enfin changé grâce au coup de fil donné à Nicole puis avec les parents d’Adam, et à une mise au point avec les garçons.

     Il faut se rappeler que les enfants sont prévenus de la situation et que cette période que j’appelle « poisson rouge » permet de développer les autres façons de communiquer dont on aura besoin tout au long de ces mois de vie commune.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :